Recevoir nos actualités par e-mail

Mentions légales

 

 

Denis Pascal

 

Denis Pascal est l’une des figures les plus originales du piano français. Il se produit en France et dans le monde entier comme soliste et comme musicien de chambre. Il a fait de nombreuses apparitions aux Etats-Unis, (Lincoln Center et Merkin Concert Hall de New York, Kennedy Center de Washington, Herbst Theater de San Francisco) ; et en Asie, (Arts Center de Séoul, Festival de Yokohama avec le New Japan Philharmonic) ; et en Europe. En France, à Paris, le public du Théâtre des Champs-Élysées, du Châtelet, de la Philharmonie de Paris, de Radio France, du Théâtre  de la  Ville,  de  la  Salle Gaveau  et  de l’Opéra Garnier a pu l’applaudir, ainsi que celui de nombreux festivals internationaux, (Folle Journée de Nantes, Festival de Salon-de-Provence, Aix-en-Provence, Lisztomania, Radio France Montpellier, Festival Berlioz, Nohant Festival Chopin).

 

Sa collaboration et son enregistrement avec l’orchestre Les Siècles de François-Xavier Roth des deux concertos de Chopin ont renouvelé notre vision des sonorités de ces œuvres emblématiques. Soucieux de garder une conscience historique du répertoire, Denis Pascal sort des sentiers battus et donne des concerts à la fois marquants et ouverts à tous, appliquant avec rigueur une éthique constante tant dans le répertoire lisztien que dans la musique impressionniste ou les partitions postromantiques, Cette approche singulière de tous les pans du répertoire pianistique ainsi que son ardeur à défendre les œuvres et compositeurs plus rares font de lui l’un des artistes les plus marquants de la scène française.

 

La discographie de Denis Pascal reflète ses engagements musicaux, il a ainsi enregistré l’intégrale des Rhapsodies Hongroises de Franz Liszt dont la force expressive a été unanimement saluée par la presse musicale, avec notamment un Choc du Monde de la Musique, le Prix de l’Association Française Franz Liszt, et le « Recommandé » par Classica. Parmi les projets discographiques qui ont connu une énorme reconnaissance de la critique : un disque monographique consacré à Jean Wiener pour Sisyphe qui a obtenu un Diapason d’Or.

 

Disciple de Pierre Sancan, Denis Pascal étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris également avec Jacques Rouvier, Léon Fleisher et György Sándor, Denis Pascal se perfectionne auprès de György Sebök dont il sera l’un des principaux disciples, à l’Université d’Indiana à Bloomington. Ce seront ensuite des tournées régulières avec le grand violoncelliste János Starker. Pédagogue unanimement apprécié, il est nommé professeur au CNSM de Lyon en janvier 2010, puis nommé en avril 2011 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

 

Schubert, Sonate D. 960, Sonate D. 784

Denis Pascal

LMU008

Franz Schubert : Le Temps retrouvé

 

Nul autre compositeur plus que Schubert ne nous convoque autant au mystère de l'écriture musicale. Comment de si simples conventions graphiques peuvent-elles suggérer autant de mouvements, des plus puissants aux plus délicats, et par quel miracle ceux-ci restent-ils encore de nos jours aussi vifs ? Je ne parle pas ici ni de la joie ni du désespoir, ce dernier traditionnellement associé à Schubert, tant je suis persuadé que l'ensemble de son œuvre est tourné vers la lumière, l'acceptation et la réconciliation. Si Schubert nous laisse construire un rêve sublime, il nous plonge souvent dans la douloureuse impossibilité de réaliser les moments d'extraordinaire beauté que sa musique renferme. Paradis inatteignables, impossible accession à la beauté, nous devenons alors l'objet même de l'étrange texte écrit en 1822 par le compositeur : « Mein Traum ». Vient donc la question de la légitimité et des choix qui président à l'interprétation en concert de ces chefs-d'œuvre, et bien naturellement de l'attitude devant l'exigeant exercice de l'enregistrement qui devra, lui, supporter l'épreuve de la réécoute.
Disparaître afin de laisser parler cette musique de notre condition d'hommes, mieux que nous ne pourrons jamais le faire, de l'indicible question de l'amour, de l'amitié et de la vie. Disparaître en parcourant inlassablement l'œuvre vocale de Schubert, sa musique de chambre, comprendre comment et pourquoi la voix, non pas celle de l'opéra, mais celle plus universelle de la chanson, est seule à l'origine de son immense inspiration. Effacer les contingences du jeu instrumental, piano ou cordes, se pliant sans concession au flot continu d'un discours dont la puissance et finalement l'autorité nous emportent vers des régions insoupçonnées. Pas plus l'instrument que la forme ne sont une fin, même dans le corpus si idiomatique des impromptus et des plus brillantes fantaisies. Par-dessus tout il est essentiel de faire le lien entre l'actuel irrépressible engouement populaire pour l'œuvre de Schubert et la tangible émotion, voire la stupeur, dans laquelle cette musique, dès sa création, a plongé ses contemporains, pour comprendre à quel point sa force reste subversive par la pure beauté et les questionnements qu'elle nous impose, et ce depuis la triste période de la Vienne autoritaire de Metternich jusqu'à nos jours. Musique libre de toute contrainte, née de la formidable inspiration d'un compositeur de génie qui sut vivre libre.

 

Denis Pascal

 

ACHETER

Denis Pascal | piano

Pistes

 

1.Schubert, Sonate D.960 - Molto moderato
2.Schubert, Sonate D.960 - Andante sostenuto
3.Schubert, Sonate D.960 - Scherzo
4.Schubert, Sonate D.960 - Allegro, ma non troppo
5.Schubert, Sonate D.784 - Allegro giusto
6.Schubert, Sonate D.784 - Andante
7.Schubert, Sonate D.784 - Allegro vivace

Télécharger le livret

La presse en parle

 

« Denis Pascal, par son jeu dénué de tout aspect outrageusement démonstratif, s’impose au contraire par sa simplicité et par une volonté évidente, d’aller à l’essentiel dans la pensée schubertienne , rendant ainsi son interprétation de ces deux Sonates indispensable et bienvenue. »

Michel Jabowicz pour ON-topaudio - Mars 2017

 

 

« Denis Pascal évoque un lâcher prise, un cantabile presque religieux. Rien pour lui ne pèse et, s'il admet que les deuxième et troisième mouvements de la sonate offrent le moyen de danser, c'est l'oubli de soi qui, de prime abord, entraîne le pianiste […] Le billettiste est désolé de ne pouvoir faire entendre des extraits de ce disque magnifique. Tout juste a-t-il assez d'enthousiasme pour vous conseiller de vous le procurer, séance tenante. Belle journée à tous ! »
Frederick Casadesus pour Mediapart - Février 2017 

 

« Un récital de piano exceptionnel - L’un des plus grands concerts de piano de ce mois de janvier était celui organisé par la dynamique société de production du français Philippe Maillard, célébrant un pianiste français de niveau international, le talentueux Denis Pascal. »

Goûts et passions - Janvier 2017

 

 

« Entendre en concert l’ultime Sonate pour piano de Schubert, D. 960 en Si bémol majeur, est toujours une expérience d’écoute fascinante, surtout sous les doigts d’un pianiste qui en dessine admirablement la grande forme et en règle minutieusement les tempi. »

Michèle Tosi pour Resmusica - Janvier 2017

 

 

 

 

© Céline Lemaire