Recevoir nos actualités par e-mail

Mentions légales

Violaine Cochard, clavecin

 

Avec Violaine Cochard, le clavecin dévoile littéralement tous ses visages. Sa formation se signale par une rigueur évidente : premiers cours dès l’âge de 8 ans auprès de Françoise Marmin à Angers, sa ville natale, études à partir de 1991 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec d’illustres professeurs (Christophe Rousset et Kenneth Gilbert), et perfectionnement auprès de Pierre Hantaï. En 1994, elle décroche au Conservatoire de Paris deux Premier prix à l’unanimité, en clavecin et basse continue, et en 1999, remporte le Premier prix au prestigieux Concours International de Montréal. Parallèlement, Violaine Cochard entame une carrière très vite intense. Récitaliste accomplie certes, mais aussi chambriste d’exception, elle fonde très jeune l’ensemble Amarillis avec Ophélie et Héloïse Gaillard. Là aussi, la réussite ne tarde guère, et l’ensemble rafle les Premiers prix de concours célèbres (York en 1995, Fnapec en 1997 et Sinfonia en 1997). Elle est aussi la partenaire de musiciens éminents, tels que le contre-ténor Gérard Lesne, la gambiste Marianne Muller ou les violonistes Amandine Beyer et Stéphanie-Marie Degand. Elle se produit régulièrement en Europe, en Amérique Latine, au Canada, au Japon, en Chine, en Inde et en Turquie.

 

Violaine Cochard est aussi une pédagogue reconnue, elle a ainsi enseigné au Conservatoire de Montpellier et est régulièrement invitée à donner des master-classes. Après le clavecin, la voix constitue l’autre passion de Violaine Cochard et elle figure parmi les chefs de chant les plus sollicités en Europe. Elle se consacre à son amour de l’art vocal en occupant une place centrale dans des ensembles baroques Les Talens Lyriques, Le Concert d’Astrée ou La Diane Française.

A l’occasion de ses nombreuses collaborations, elle a enregistré une trentaine de disques pour différents labels. En solo, elle a réalisé deux enregistrements consacrés à François Couperin, un troisième réunissant des oeuvres de J. S. Bach, particulièrement appréciés par la critique et un disque autour des pièces pour clavecin et violon de Jacques Duphly et des premières sonates de Mozart avec la violoniste Stéphanie-Marie Degand.

Parallèlement à ses activités dans le monde baroque, Violaine Cochard aime aussi collaborer avec des musiciens d’autres univers musicaux, comme le groupe de musiques actuelles Tram des Balkans ainsi que le pianiste de jazz Édouard Ferlet, avec lequel elle crée un duo singulier et inédit et qui a fait l’objet d’un premier disque très remarqué Bach Plucked Unplucked (Alpha Classics).

Duphly - Forqueray - Balbastre - Dandrieu

Violaine Cochard, Clavecin

LMU014

PORTRAITS AND DANCES...

 

My starting point for this programme was nine of my favourite pieces by Jacques Duphly. Why him? First of all because he writes such lovely tunes, starting with the Allemande which begins his First Book. There are also pieces like Les Grâces, of infinite beauty, the Rondeau in D minor, infused with a gentle melancholy, and La Boucon, with its almost romantic surges of feeling. Alongside that tenderness, Duphly is also capable of unleashing tumultuous power, as in Médée, for example. This selection paints the portrait of a composer who was heir to a French art of harpsichord-playing, the heir of Couperin and Rameau. That is why there are no pieces from the more Italianate Second Book, or from the more gallant Fourth Book, which prefigures the fortepiano.

 

There are already several complete recordings of Duphly’s works. I wanted to do something different, to record only the pieces which move me, my particular favourites. Although it is possible to listen to the pieces singly, of course, I imagined them as a continuous whole. I conceived it as a concert programme, an exploration of 18th-century French harpsichord music, a dialogue between Duphly and some of his contemporaries who share aspects of his sound-world. I thought it would be interesting to contrast Duphly, who devoted his whole life solely to the harpsichord, with composers who had other interests, such as Royer, who wrote several operas, Forqueray, who also played the viol, and the organists Dandrieu and Balbastre.

The choice of the Christian Kroll instrument, so ideally suited to this music, was self-evident. Built in 1776, it dates from the final third of Duphly’s career, since he died the day after the storming of the Bastille. From a musical point of view too, it has all the necessary qualities for French music: brilliant, as powerful as it is refined, consistently luminous. The bass is sonorous and full, the upper register sparkling and silky. Its soft touch responds well to the profusion of ornaments characteristic of the repertoire, while not precluding explosive power in the more tempestuous pieces that Forqueray and Royer wrote for the instrument.

 

Violaine Cochard

ACHETER

 Violaine Cochard clavecin

Pistes

 

1.Allemande en ré mineur (Premier Livre, 1744)
2.Courante en ré mineur (Premier Livre, 1744)
3.La Cottin (Suite n° 1, 1747)
4.La Vanlo (Premier Livre, 1744)
5.Rondeau tendre en ré mineur (Premier Livre, 1744)
6.La Portugaise (Suite n° 1, 1747)
7.Les Grâces (Troisième Livre, 1756)
8.La Angrave (Suite n° 3, 1747)
9.L’Aimable (Premier Livre, 1746)
10.La Marche des Scythes (Premier Livre, 1746)
11.La d’Héricourt (Premier Livre, 1759)
12.La Boucon, courante (Premier Livre, 1744)
13.Chaconne (Troisième Livre, 1756)
14.La Forqueray, rondeau (Troisième Livre, 1756)
15.Médée (Troisième Livre, 1756)
16.La Lyre d’Orphée (Deuxième Livre, 1728)

Télécharger le livret