Recevoir nos actualités par e-mail

Mentions légales

Violaine Cochard, clavecin

 

Avec Violaine Cochard, le clavecin dévoile littéralement tous ses visages. Sa formation se signale par une rigueur évidente : premiers cours dès l’âge de 8 ans auprès de Françoise Marmin à Angers, sa ville natale, études à partir de 1991 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec d’illustres professeurs (Christophe Rousset et Kenneth Gilbert), et perfectionnement auprès de Pierre Hantaï. En 1994, elle décroche au Conservatoire de Paris deux Premier prix à l’unanimité, en clavecin et basse continue, et en 1999, remporte le Premier prix au prestigieux Concours International de Montréal. Parallèlement, Violaine Cochard entame une carrière très vite intense. Récitaliste accomplie certes, mais aussi chambriste d’exception, elle fonde très jeune l’ensemble Amarillis avec Ophélie et Héloïse Gaillard. Là aussi, la réussite ne tarde guère, et l’ensemble rafle les Premiers prix de concours célèbres (York en 1995, Fnapec en 1997 et Sinfonia en 1997). Elle est aussi la partenaire de musiciens éminents,

tels que le contre-ténor Gérard Lesne, la gambiste Marianne Muller ou les violonistes Amandine Beyer et Stéphanie-Marie Degand. Elle se produit régulièrement en Europe, en Amérique Latine, au Canada, au Japon, en Chine, en Inde et en Turquie.

Violaine Cochard est aussi une pédagogue reconnue, elle a ainsi enseigné au Conservatoire de Montpellier et est régulièrement invitée à donner des master-classes. Après le clavecin, la voix constitue l’autre passion de Violaine Cochard et elle figure parmi les chefs de chant les plus sollicités en Europe. Elle se consacre à son amour de l’art vocal en occupant une place centrale dans des ensembles baroques Les Talens Lyriques, Le Concert d’Astrée ou La Diane Française.

A l’occasion de ses nombreuses collaborations, elle a enregistré une trentaine de disques pour différents labels. En solo, elle a réalisé deux enregistrements consacrés à François Couperin, un troisième réunissant des oeuvres de J. S. Bach, particulièrement appréciés par la critique et un disque autour des pièces pour clavecin et violon de Jacques Duphly et des premières sonates de Mozart avec la violoniste Stéphanie-Marie Degand.

Parallèlement à ses activités dans le monde baroque, Violaine Cochard aime aussi collaborer avec des musiciens d’autres univers musicaux, comme le groupe de musiques actuelles Tram des Balkans ainsi que le pianiste de jazz Édouard Ferlet, avec lequel elle crée un duo singulier et inédit et qui a fait l’objet

d’un premier disque très remarqué Bach Plucked Unplucked (Alpha Classics).

Duphly - Forqueray - Balbastre - Dandrieu

Violaine Cochard, Clavecin

LMU014

Portraits et autres danses...

 

J’ai élaboré ce programme à partir de neuf pièces de Jacques Duphly, parmi mes préférées. Pourquoi Duphly ? Il y a d’abord la séduction de ses mélodies, patente dès l’Allemande qui ouvre son Premier Livre. Il y a aussi ces pièces, comme les Grâces, d’une infinie beauté, le Rondeau en ré mineur, empreinte d’une douce mélancolie, ou encore La Boucon aux élans presque romantiques. À côté de cette tendresse,Duphly peut également déployer une puissance délirante, par exemple dans Médée. Cette sélection fait le portrait d’un compositeur héritier d’une manière française de toucher le clavecin, de Couperin, de Rameau. C’est pourquoi on n’y trouvera pas de pièces du Deuxième Livre d’un style plus italianisant, ni du Quatrième Livre, plus galant, préfigurant le piano-forte.

Plusieurs intégrales de l’oeuvre de Duphly existent. Mon projet est autre, et j’ai voulu ne porter au disque que les pièces qui me touchent, que j’aime tout particulièrement. On peut, bien sûr, écouter telle ou telle pièce isolément, mais j’ai imaginé l’ensemble pour qu’il soit écouté dans sa continuité. J’ai en effet pensé ce programme comme celui d’un concert, d’un parcours dans l’univers du clavecin français au XVIIIe siècle où Duphly dialogue avec quelques uns de ses contemporains qui m’ont semblé faire écho à son univers sonore. Il m’a semblé intéressant de mettre en regard Duphly qui a consacré toute sa vie au clavecin exclusivement, et des compositeurs aux horizons divers comme Royer, auteur de plusieurs opéras, Forqueray, également violiste, et les organistes Dandrieu et Balbastre. Le choix du clavecin de Christian Kroll s’est imposé de lui-même, tant il me semble idéal pour cette musique. Daté de 1776, il se situe, du point de vue chronologique, dans le dernier tiers de la carrière de Duphly qui meurt le lendemain de la prise de la Bastille. Mais du point de vue musical, il a toutes les qualités requises par la musique française : brillant, il peut être puissant autant que raffiné, en un mot, toujours lumineux. Les basses sont sonores et charnues, les aigus étincelants et satinés. Son toucher moelleux répond bien à la profusion d’ornements présente dans ce répertoire, ce qui n’empêche pas ce clavecin d’exploser dans les pièces furieuses que Forqueray ou Royer ont écrites pour l’instrument.

 

Violaine Cochard

ACHETER

Violaine Cochard clavecin

Pistes

 

1.Allemande en ré mineur (Premier Livre, 1744)
2.Courante en ré mineur (Premier Livre, 1744)
3.La Cottin (Suite n° 1, 1747)
4.La Vanlo (Premier Livre, 1744)
5.Rondeau tendre en ré mineur (Premier Livre, 1744)
6.La Portugaise (Suite n° 1, 1747)
7.Les Grâces (Troisième Livre, 1756)
8.La Angrave (Suite n° 3, 1747)
9.L’Aimable (Premier Livre, 1746)
10.La Marche des Scythes (Premier Livre, 1746)
11.La d’Héricourt (Premier Livre, 1759)
12.La Boucon, courante (Premier Livre, 1744)
13.Chaconne (Troisième Livre, 1756)
14.La Forqueray, rondeau (Troisième Livre, 1756)
15.Médée (Troisième Livre, 1756)
16.La Lyre d’Orphée (Deuxième Livre, 1728)

Télécharger le livret