Recevoir nos actualités par e-mail

Mentions légales

 

Emmanuelle Swiercz

 

Élue parmi les Coups de Cœur de la revue Pianiste, et Révélation du CD Découvertes de Classica, Em­manuelle Swiercz consacre ses 3 premiers disques à Rachmaninov, Schumann et Liszt et obtient d’excel­lentes critiques, accompagnées de récompenses dans la presse spécialisée : disque recommandé de la revue japonaise Record Geijutsu, 4 étoiles du Monde de la Musique, 9 de Répertoire... « Elle charme et séduit dans chacune de ces pièces, jouées avec autant de verve que de délicatesse, ainsi qu’une intelli­gence parfaite de leur signification » selon Classica.

 

N’ayant débuté le piano qu’à 9 ans, Emmanuelle Swiercz donne seulement deux ans plus tard son pre­mier concert. Dès l’âge de 16 ans elle est admise à l’unanimité du jury au Conservatoire national supé­rieur de musique et de danse de Paris et se perfectionne en troisième cycle chez Michel Béroff, Denis Pascal, Marie-Françoise Bucquet, Leon Fleisher, Murray Perahia, György Kurtág…

Lauréate de la Fondation Groupe Banque Populaire, de la Fondation Cziffra, et du Mécénat Musical Société Générale, elle est primée aux Concours internationaux Ricard Viñes et Maria Canals.

 

Invitée à jouer dans plusieurs salles à Paris (Salle Pleyel, Salle Gaveau, Cité de la musique…) et de nom­breux festivals en France (Festival de La Roque-d’Anthéron, Piano aux Jacobins, Festival Chopin de Bagatelle, Flâneries musicales de Reims, Serres d’Auteuil, Musique à l’Empéri, Nohant…), elle se produit également dans toute l’Europe, notamment au Concertgebouw d’Amsterdam, à Berlin, Prague, Bucarest, mais aussi au Luxembourg, à Rome, Venise, Florence, Barcelone, Bratislava, Genève, Lugano, Vilnius, Riga…

 

Hors d’Europe, elle a joué notamment à Rio de Janeiro, au Japon, en Chine (Pékin, Shanghai, Canton, Nankin, Tianjin, Dalian, Dongguan) et plus récemment à Sydney.

En soliste, elle joue avec les orchestres philharmoniques de Nagoya (Japon), de Kazan et Novossibirsk (Russie), de Douai – Région Nord / Pas-de-Calais, Viareggio (Italie), Kharkov (Ukraine).

 

Emmanuelle Swiercz participe à plusieurs émissions radiophoniques (France Musique, Radio Classique, RFI, RTL, France lnter…) et télévisées, notamment sur France 2 (Journal télévisé de 20 heures, Musiques au cœur), France 3, Direct 8, Mezzo…

 

 

Chopin, Nocturnes

Emmanuelle Swiercz

LMU004

Chopin : Nox et Vox

 

André Gide, pianiste amateur passionné et fervent admirateur praticien de Chopin, a écrit : « Tout a été dit, mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer ». Je ferais bien mienne cette formule, qui donne un double sens à notre rôle de Sisyphe musical : vingt fois sur le métier nous remettons notre ouvrage, c’est à la fois utile et futile ; je l’amenderais aussi volontiers ainsi : le « recommencement » que je vous propose est pour moi un retour aux sources de la musique romantique, que je me suis appropriée en remontant dans le temps, via un détour par Scriabine et Rachmaninov, puis Schumann et Liszt.

 

La source de Chopin est la voix, celle du Bel Canto. La voix se fait mélodie, l’harmonie l’enrichit et le piano les marie : il incarne la voix et orchestre l’harmonie. L’inspiration de Chopin les transfigure.

 

Avec son cœur nocturne, Chopin nous invite à la pureté mélodique et harmonique, dépouillée de fio­ritures superflues mais non sans ornementations ; un raffinement rappelant les arts culinaires suprêmes, où une certaine lenteur s’impose pour en savourer toutes les senteurs mêlées, toutes les polyphonies, tous les contre-chants, toutes les modulations, tous les chromatismes, toutes les dissonances, toutes les résolutions ; et, au sein des phrases, l’expression subtile de sentiments complexes, rarement eupho­riques, parfois rageurs, souvent mélancoliques, mais soulagés par le fait-même d’être confessés à un auditeur-confident capable d’en saisir l’essence.

 

Quelle densité pianistique dans un aussi vaste ensemble d’oeuvres parcourant toute la vie d’un tel gé­nie ! Génie, oui, lorsqu’à chaque tournant de sa route poétique, un paysage féerique se découvre au crépuscule, naturel comme l’improvisation, scrupuleusement élaboré comme la Nature…

 

Emmanuelle Swiercz

ACHETER

  

Emmanuelle Swiercz | piano

Pistes

 

1.Nocturne en si b mineur op. 9 n°1 - Larghetto
2.Nocturne en mi b Majeur op. 9 n°2 - Andante
3.Nocturne en si Majeur op. 9 n°3 - Allegretto
4.Nocturne en fa Majeur op. 15 n°1 - Andante Cantab
5.Nocturne en fa # Majeur op. 15 n°2 - Larghetto
6.Nocturne en sol mineur op. 15 n°3 - Lento
7.Nocturne en do# mineur op. 27 n°1 - Larghetto
8.Nocturne en ré b Majeur op. 27 n°2 - Lento soste
9.Nocturne en si Majeur op. 32 n°1 - Andante sosten
10.Nocturne en la b Majeur op. 32 n°2 - Lento
11.Nocturne en sol mineur op. 37 n°1 - Andante soste
12.Nocturne en sol Majeur op. 37 n°2 - Andantino
13.Nocturne en do mineur op. 48 n°1 - Lento
14.Nocturne en fa# mineur op. 48 n°2 - Andantino
15.Nocturne en fa mineur op. 55 n°1 - Andante
16.Nocturne en mi b majeur op. 55 n°2 - Lento sosten
17.Nocturne en si Majeur op. 62 n°1 - Andante
18.Nocturne en mi Majeur op. 62 n°2 - Lento
19.Nocturne en mi mineur op. posth. 72 - Andante
20.Nocturne en do mineur op. posth.
21.Nocturne en do # mineur op. posth.

Télécharger le livret

La presse en parle

 

« Dans cette nouvelle et magnifique lecture des Nocturnes, Emmanuelle Swiercz réussit ce que peu d'interprètes obtiennent : la justesse de l'abandon, la clarté dans le lâcher-prise. Dès le début, on est frappé par la continuité du récit, le calme plus encore, l’extrême concentration du toucher. Il y a beaucoup de noblesse et de sincérité dans ce piano « hors du temps » qui nous emmène au gré des tonalités dans une narration continue, Inclassable et indispensable dans une discothèque. »

Stéphane Friédérich pour Pianiste

 

 

« Un jeu large, éclatant, le goût de la nuance qu'elle ne confond pas avec la pause, Emmanuelle Swiercz est une artiste à suivre. Disque magnifique. Il est des automnes qui sonnent comme le printemps. »

Frédérick Casadesus pour Médiapart

 

 

« Pour un tel programme, il faut bien sûr un toucher, une qualité de jeu, une palette de couleurs propres à enflammer l’imaginaire. Emmanuelle Swiercz y parvient en nous entraînant à sa suite au cœur de la nuit romantique. »

B.S pour La Voix du Nord

 

 

« C’est à la pianiste Emmanuelle Swiercz dont le perfectionnement de la technique pianistique a pu s’approfondir auprès de maîtres tels que Murray Perahia, Leon Fleisher, Michel Béroff, Denis Pascal et Marie-Françoise Bucquet, que revient l’insigne honneur d’interpréter ces 21 Nocturnes de Frédéric Chopin. Le résultat est plus que convaincant car nous découvrons une pianiste qui aborde l’univers très secret, quasi-confidentiel de ces 21 Nocturnes avec non seulement une grande sincérité mais aussi un sens aigu de la poésie indissolublement lié à ces œuvres qui constituent un sommet infranchissable de la littérature pianistique. »

Michel Jakubowicz pour on-mag.fr

 

 

Extraits vidéos

 

Lire la vidéo