Recevoir nos actualités par e-mail

Mentions légales

 

Aurélien Pascal, violoncelle

Né en 1994 à Paris dans une famille de musiciens, Aurélien Pascal se passionne dès son plus jeune âge pour le violoncelle et le piano. Il reçoit très tôt les conseils de János Starker et entre à 14 ans au CNSM de Paris dans la classe de Philippe Muller. Il intègre ensuite l’Académie Kronberg avec Frans Helmerson et suivra les master-class de Gautier Capuçon à la Fondation Vuitton. 

Il triomphe au Concours International Feuermann à la Philharmonie de Berlin en remportant le Grand Prix, le Prix Spécial du Public et le Prix de la meilleure interprétation du concerto d’Ernst Toch, après avoir remporté le Second Prix du Concours Paulo Cello à Helsinki où le jury unanime avait salué « l’émergence d’un nouveau talent français, doté à la fois d’une rare puissance et d’une superbe élégance » après son interprétation de concerto Tout un monde lointain de Dutilleux. Son prix au Concours Reine Elisabeth à Bruxelles le place parmi les tous premiers violoncellistes de sa génération.

Sa carrière se déploie aux quatre coins du monde, dans des salles prestigieuses d’Europe (Berlin, Cologne, Zurich, Barcelone, Bruxelles) et dans des festivals de premier plan (Aix, Reims, Radio France & Montpellier, Folle Journée de Nantes et du Japon, Bonn, Verbier)... Il se consacre avec passion à la musique de chambre, avec des personnalités telles que Augustin Dumay avec qui il enregistra le premier sextuor de Brahms, András Schiff, Renaud Capuçon, Tabea Zimmerman, Henri Demarquette, Gérard Caussé, Pavel Kolesnikov avec qui il forme un trio. 

Lauréat des Fondations d’entreprise Banque Populaire, Colas, et Safran, Aurélien Pascal joue sur un violoncelle français de 1850 de
Charles-Adolphe Gand.

 

Paloma Kouider, piano

Paloma Kouider s’est formée auprès de Sergueï Markarov à l’École Normale de Musique de Paris et d’Elisso Virssaladze à Florence avant d’intégrer la classe d’Avedis Kouyoumdjian à l’Universität für Musik und Darstellende Kunst à Vienne. 

Invitée très jeune à se produire au sein de programmations prestigieuses, Paloma n’en oublie pas pour autant une autre passion, la littérature, qu’elle cultive en intégrant une classe préparatoire littéraire au Lycée Louis-le-Grand. 

Membre fondatrice et passionnée du Trio Karénine, elle est naturellement une chambriste recherchée.

Certaines rencontres musicales ont particulièrement marqué et orienté son parcours musical, notamment au sein des Académies de Villecroze ou de Musique à Flaine : le Quatuor Ysaÿe, Hatto Beyerle, Menahem Pressler, Alfred Brendel, Ferenc Rados, Jean-Claude Pennetier, Paul Badura-Skoda mais aussi Claude Helffer pour la musique contemporaine et Stéphane Béchy pour l’interprétation de la musique ancienne sur instruments d’époque. 

Le succès du Trio Karénine au concours de l’ARD de Munich en 2013 marque un tournant dans sa carrière. Avec ses fidèles partenaires, la violoniste Fanny Robilliard et le violoncelliste Louis Rodde, elle est depuis l’invitée des festivals les plus prestigieux et des grandes scènes internationales. Elle fait ses débuts aux États-Unis à la Frick Collection de New York en janvier 2019. 

Son premier enregistrement discographique consacré à Beethoven et Liszt a été salué par la presse musicale française, son interprétation de la Sonate n° 15 « Pastorale » du Maître de Bonn suscitant en particulier de très vifs éloges.

All Ungarese

Aurélien Pascal, violoncelle
Paloma Kouider, piano

LMU017

Le violoncelle virtuose et le chant de la terre

C’est à l’âge de 14 ans, à l’église des Billettes de Paris que je faisais résonner pour la première fois la Sonate op.8 de Kodaly, une œuvre qui m’a toujours fasciné et que j’ai eu le grand privilège de travailler avec Janos Starker, élève et interprète emblématique de Kodaly.

Ce monument de la littérature pour violoncelle est la porte vers un « ailleurs » de l’instrument, auparavant dédié à la tradition rigoureuse, celle du continuo, du quatuor à cordes… La virtuosité stratosphérique existe déjà au violoncelle dès le début du XIX siècle, mais rien n’égale l’extraordinaire traitement de l’instrument que Zoltan Kodály expose dans la Sonate pour violoncelle seul.
Cette rupture que propose Kodály mais également Janos Sartker est fascinante: elle révèle le violoncelle moderne. Il devient électrique, minéral, percussif et polyphonique, éclatant dans tous ses registres et sonorités. Il devient instrument universel et ses harmoniques transparents nous évoquent un autre monde : un ailleurs mystérieux venu de l’Orient. 

La nouvelle transcription que je propose de Ruralia Hungarica de Dohnanyi consiste à substituer le violon par un violoncelle tzigane, bien plus sauvage. Ce défi incite l’interprète à dépasser toutes les limites de son instrument. Rien n’est plus exaltant que
d’arriver à les dépasser, afin de servir au mieux l’œuvre et de répondre aux questions que nous pose la musique, libéré de toutes contraintes. 

Enfin, la trop rarement jouée Fantaisie sur une chanson de la Petite-Russie est un hommage au « Paganini du violoncelle » que fut David Popper, mais surtout une occasion d’exposer une grande fantaisie de concert dont le public avait l’habitude tout au long du XIX siècle.

Paloma Kouider est une partenaire privilégiée. Notre rencontre remonte au Festival de Mecklenburg-Vorpommern où nous avons été récompensés d’un grand prix accordé par le public allemand. C’est une vraie joie que de retrouver cette musicienne de chambre hors pair en concert comme au disque.

 

Aurélien Pascal

 

ACHETER

Aurélien Pascal | violoncelle

Paloma Kouider | piano

Pistes

 

1.Popper - Fantaisie sur une chanson de la Petite-Ru
2.Kodály - Adagio pour violoncelle et piano
3.Kodály - Sonate Op.8 - 1: Allegro maestro
4.Kodály - Sonate Op.8 - 2: Adagio
5.Kodály - Sonate Op.8 - 3: Allegro molto vivace
6.Dohnányi - Ruralia Hungarica - II: Presto
7.Dohnányi - Ruralia Hungarica - III: Andante rubat
8.Dohnányi - Ruralia Hungarica - VII: Molto Vivace

Télécharger le livret